Leichter PanzerSpahWagen SdKFz 222

Sdkfz 222 09

 

Le SdKFz 222 Leichter PanzerSpahWagen ou véhicule blindé léger de reconnaissance est le continuateur du SdKFz 221, qui était le successeur de la voiture blindée KFz 13. Apparu en 1938, le 222 différait de son prédécesseur par un arrière redessiné, et surtout par son armement qui ajoutait à la MG 34 un excellent canon Rheinmetall de 20mm. Ce canon était automatique, et plus que suffisant contre des cibles non blindées ou de l’infanterie. IL avait une certaine capacité antichar qui lui permettait de lutter aussi contre des blindés légers. Il était toutefois très légèrement blindé lui-même – de 5 à 8 mm – et donc une proie facile pour les armes antichars du début de la guerre, canons de 2 livres, de 25 mm ou même fusils antichars. Cette automitrailleuse pouvait atteindre 80 km/h sur route, et avait une autonomie de 300 km. C’était amplement suffisant en Pologne en 1939 , en France en 1940  ou même dans les Balkans en 1941, et ces petits blindés semèrent plus d’une fois la panique sur les arrières du front allié, frappant bien en avant des positions où l’on pensait rencontrer l’ennemi.

 

Sdkfz 222 08

Les campagnes de Russie et de Libye furent cependant les révélateurs de leurs limites. Idéaux dans des espaces innervés par un bon réseau routier, les 222 furent vite à la peine sur les routes de terre russe, car leurs capacités tout-terrain n’étaient pas à la hauteur. En Libye, ce fut leur rayon d’action qui se révéla insuffisant, portant les équipages à garnir les dessus leurs montures de toute sorte de ravitaillement supplémentaire, carburant inclus, avec tous les risques induits. De fait, même si le 222 combattit jusqu’en 1945, il dut s’effacer progressivement devant ses successeurs, SdKFz 234 et half-track DEMAG SdKFz 250/9.

 

La maquette First to Fight

Sdkfz 222 06

 

Pas de surprise avec cette maquette First to Fight. Attention tout de même, car nous entrons ici dans une catégorie supérieure, intermédiaire entre le fast build et la maquette classique. Et ça ne va pas sans causer des soucis, car FtF n’a pas fourni de plus grand plan de montage que le format timbre poste au dos de la boîte…

1ère surprise, l’intérieur est beaucoup plus détaillé que ce qu’on aurait pu croire, surtout si l’on se souvient de la maquette du 222 par Airfix. Le poste de pilotage est détaillé, il vous faudra coller le siège du conducteur : on s’aperçoit qu’il valait mieux ne pas être trop grand, la grande caisse à droite du siège devait causer pas mal de coup de coudes  à qui ne faisait pas attention ! Dommage en quelque sorte, tout cela sera perdu quand on aura collé la coque supérieure sur l’inférieure.

Les garde-boue arrière sont solidaires de cette dernière, mais il faut coller ceux de l’avant. Excellente nouvelle, le chassis et les essieux sont solidaires de la coque inférieure, un point positif pour la solidité du modèle : seul le pare-choc avant est à rajouter, sans difficulté. Les roues se collent sans problème, et il est temps de détailler la coque. Et c’est là que vous assistez au retour des toutes petites pièces, phares, rétroviseurs etc… Aucun problème, si ce n’est leur extrême finesse – et donc fragilité – et les très épais supports de moulage qui les attachent à la grappe. Le dégrappage est donc une opération à haut risque, et vous ne pourrez pas toujours éviter la casse.

Sdkfz 222 02

Passons à la tourelle, et à ma plus grande déception : le grillage de protection au dessus de la tourelle. Malgré un lavis et un brossage à sec, vous ne pourrez qu’atténuer la perception de ce que c’est une pièce non ajourée. C’est dommage, d’autant plus que la concurrence, S-Models en particulier, n’hésite pas à inclure de la photodécoupe dans ses kits. Ceci dit, il se monte sans difficulté. Attention toutefois au dégrappage de la MG 34 – et même sans ça, votre pièce peut être mal moulée, ce qui ‘est arrivé. Vive la boîte à rabiot ! – et du canon de 20 mm. Ce dernier forme un bloc avec le siège du tireur et un axe qui  se loge dans le plancher de la caisse. La mitrailleuse se colle sur cette pièce, mais je recommande fortement de coller d’abord  le canon sur la tourelle puis de rajouter la mitrailleuse.

Un chef de bord est bien présent dans la boîte. Le rendu est tout à fait correct, et même s’il est moulé en totalité, on peut aisément le coller dans l’ouverture de la tourelle. On peut aussi l’utilser à l’extérieur, pour un diorama.

Au total, on sent que FtF évolue : de plus en plus de petites pièces, et un grand souci de réalisme Les wargamers seront poussés dans leurs retranchements avec ces maquettes, à l’inverse de celles de chars. Comptez bien une bonne journée pour monter correctement votre maquette, en consacrant beaucoup de temps au dégrappage et à l’ébarbage. Mais au total, le modèle de FtF est bien supérieur à celui d’Airfix, ou même au diecast d’Altaya. Le tout pour un prix bien inférieur – 6€ environ - ce qui m’amène, en fin de compte à recommander chaudement le modèle en lui attribuant un 15/20 (grrr le treillis de tourelle).

Sdkfz 222 03

Ajouter un commentaire

 
×