SOMUA S35

 

S35 smod 01

 

 

Le S35 SOMUA – produit par la  Société d’Outillage Mécanique et d’Usinage d’Artillerie, une firme basée à Saint-Ouen – était indiscutablement le meilleur char français  et probablement le meilleur char tout court lors de la campagne de France en 1940. Il réalisait un équilibre harmonieux des 3 caractéristiques qui font un bon char de combat :

  • Protection, avec un blindage frontal de 47mm incliné à 45 degrés, plus que suffisant contre le PaK allemand de 37mm
  • Puissance de feu, fournie par son canon de 47mm 34 calibres qui pouvait venir à bout de tous ses adversaires
  • Mobilité, avec une vitesse de pointe de 40 km/h et une autonomie de 200 km

Il devait équiper en totalité les 3 Divisions Légères Mécaniques  (DLM) du Corps de Cavalerie mais  hélas, au 10 mai 1940, seuls 400 avaient été produits et la moitié des effectifs de nos DLM se composaient de H35 et H39 Hotchkiss, nettement inférieurs.

 

Il n’était toutefois pas exempt de défauts. Si son équipage comportait 3 hommes au lieu des 2 embarqués dans les chars légers, sa tourelle était encore monoplace, même si elle était un peu plus large, assez pour permettre au radio d’assister le chef de char dans le chargement du canon. Ce dernier toutefois restait un homme orchestre responsable des 2 armes du bord (canon de 47 et mitrailleuse en tourelle), de la détection et acquisition des cibles, du commandement du char. A noter que si le S35 est parfois équipé d’un poste de radio, ce dernier est situé sur le chemin de l’éjection des douilles de 47mm, et a donc une durée de vie limitée au combat.

 

Le déroulé de la campagne de France ne permettront pas vraiment de juger des qualités du char, tant la désorganisation liée à la percée des Ardennes forceront les forces françaises à combattre, trop souvent, dans des conditions trop désavantageuses. On peut toutefois relever que lors des bar=tailles de Hannut et de Gembloux, avant que la percée ne fut trop désastreuse, les chars de la 3e DLM, et au premier chef les SOMUA, infligèrent une défaite tactique aux 3e et 4e Panzerdivisionen, leur causant la mise hors de combat  de 200 engins pour la perte d’une petite centaine. La nécessité d’abandonner le terrain aux Allemands rendra nos pertes définitives, et permettra à l’adversaire de récupérer et réparer  la majorité de ses chars mis hors de combat.

Les maquettes exposées ci-dessous sont au 1/72, et ont été produites par 2 fabricants :

Img 0732

Le plus ancien est celui de Heller, qui remonte à près de 50 ans. La conception marque son âge - il faut riveter à chaud les chenilles - mais le modèle une fois monté est tout à fait agréable et historiquement à peu près exact

 

S35 smod 05

 

Le deuxième est produit par une firme chinoise, S-Models. La maquette bénéficie de photodécoupé et de chenillages en une seule pièce. Toutefois, si on peut à l'inverse de celle de Heller, laisser ouverte la trappe de tourelle, aucun chef de char n'est fourni et il faudra en procurer un car l'intérieur est nu. De plus, le modèle ne permet la réalisation que d'un exemplaire réutilisé par la Wehrmacht, et il faut bricoler soi-même le tourelleau pour tenir compte des différences.

 

Le char Heller

 

Img 0727

 

Img 0733

 

Le char S-Models

S35 smod 04

 

S35 smod 03

Ajouter un commentaire

 
×